Logo ecosphere.

Chap.5 - Les citoyens du monde



a. Des citoyens devenus des icônes


Des citoyens du monde, d'origines diverses, de confessions diverses, occupant les métiers les plus divers sont devenus des icônes de la lutte pour l'environnement, la défense des droits de l'homme,...

  • Gandhi, guide spirituel de l'Inde et du mouvement pour l'indépendance de ce pays.
  • Nelson Mandela qui s'est battu contre l'Aparthied en Afrique du Sud
  • Martin Luther King, Rosa Parks qui ont lutté contre la ségrégation raciale aux USA.
  • Mère Thérésa Pendant a consacré sa vie aux pauvres, aux malades, aux laissés pour compte et aux mourants, d'abord en Inde puis dans d'autres pays, et elle guide le développement des Missionnaires de la Charité qui s'occuperont des malades de la lèpre ou du sida.
  • Henri Grouès, dit l’abbé Pierre, prêtre catholique français, fondateur du mouvement Emmaüs (lutte contre l'exclusion) et de la Fondation Abbé-Pierre pour le logement des défavorisés et de nombreuses autres associations, fondations et entreprises de l'économie sociale et solidaire en France.

Il y a aussi tous ceux qui ont rejoint des mouvements spontanés comme les participants à Nuits debout, avant eux les indignés, les jeunes des Pays d'Afrique du Nord à l'origine du printemps arabe, les étudiants qui se sont opposés aux chars chinois sur la place Tian'anmen à Pekin en 1989,...

mais il n'est pas nécessaire de parvenir à ce niveau d'implication et de notoriété pour faire avancer l'économie sphérique. Toutes les actions menées par chacun au quotidien peuvent contribuer à faire changer le monde. Comme citoyen, lorsque nous trions nos déchets, lorsque nous gaspillons moins d'essence ou de nourriture, lorsque nous choisissons les circuits courts et les produits équitables et bio, nous impliquons dans des mouvements associatifs en faveur de l'envoronnement,... Comme dirigeant d'entreprise, lorsque nous recrutons une personne d'une autre couleur que la nôtre, une personne handicapée, que nous recrutons un jeune sans formation, un chômeur de longue durée,... Chacun peut apporter, contribuer à l'évolution du monde. Le mouvement Colibris témoigne de cette réalité.


b. Faire sa part, la devise du mouvement Colibris


Initié par Pierre Rabhi, le mouvement Colibris s'est fait connaître d'une bonne partie de la population au travers du film "Demain" de Mélanie Laurent et Cyril Dion qu'il a co-produit. l'idée de base de ce mouvement écologique et humain, est que le monde changera d'autant plus facilement si chacun y contribue, si chacun fait sa part. L'ancrage territorial est à nouveau un concept majeur dans les projets du mouvement qui invite chacun à créer ou à participer à une Oasis, un lieu de partage, d'échange et d'ouverture aux autres.

Dans sa forme la plus aboutie, l'Oasis doit répondre à plusieurs principes fondamentaux : tendre vers l'autonomie alimentaire en privilégiant les productions biologiques locales, développer un habitat économique et écologique, favoriser le partage des idées, des compétences, des ressources ou des moyens pour sortir de l'individualisme, Respecter chacun et favoriser l'ouverture aux autres.
Parmi les idées véhiculées par le mouvement et valorisées dans le film, le partage des jardins, ou les incroyables jardins qui sont des espaces souvent publics, parfois désertés ou au moins inutilisés qui sont transformés en jardins potagers dans lesquels chacun peut venir piocher lorsqu'il en a besoin. Une idée qui tend à faire des émules un peu partout en France, facile à mettre en place puissqu'il suffit d'un bac à fleur posé en ville pour développer le projet. Bien évidemment, personne ne s'arrête à ce niveau car cette initiative est tellement inhabituelle qu'elle réveille les esprits, qu'elle susscite les échanges, qu'elle interpelle les consciences et en fait se réveiller d'autres.

En savoir plus sur la légende du colibris et sur le mouvement de Pierre Rabhi


c. Engager son entreprise dans une démarche ISO 26000


La norme ISO 26000 a été rédigée comme un guide pratique destiné aux dirigeants d'entreprise désireux de développer leurs activités en préservant l'équilibre des écosystèmes, l'équité sociale et la bonne gouvernance des organisations. Quelles sont les organisations qui se réfèrent à cette norme et en tiennent effectivement compte avant de prendre leurs décisions ? Comment respecter ces recommandations sans risquer de perdre des marchés face à des concurrents moins scrupuleux ? Cette norme n'est pas destinée ni appropriée à des fins de certification, mais le label LUCIE permet de valoriser la politique sociétale de l'entreprise engagée dans la démarche ISO 26000. Retrouvez les entreprises labelisées sur le site labellucie.com. Ce label permet à l'entreprise de se démarquer, de se faire apprécier des consommateurs et autres partenaires de plus en plus enclins à boycoter les entreprises qui à l'inverse, adoptent des comportements voyoux. Se procurer la norme ISO 26000.

 

 


Revenir au chapitre 4 < > Accéder au chapitre 6 S'impliquer dans l'économie sphérique