Logo ecosphere.

Chap.4 - Les hommes et partis politiques



a. Des acteurs indispensables


Des enquêtes menées auprès de la population avant l'élection présidentielle de 2017 tendaient à démontrer qu'une grande majorité des français ne faisait plus confiance aux hommes politiques. Tous étant jugés plus intéressés par leur pouvoir et par l'argent que par l'intérêt des citoyens qu'ils étaient censés représenter. Cette critique concernait davantage les membres du gouvernement, les députés européens que les élus locaux, qui, en particulier dans les petites communes, étaient généralement mieux appréciés car directement au contact de leurs administrés.

Toutefois, de nombreuses personnalités politiques, à l'étranger comme en France, ne sauraient être mises en cause sur la réalité de leurs opinions, sur la sincérité de leurs engagements, ou sur leur capacité à soutenir leurs idées et de résister aux offres des lobbies. Nous citerons par exemple,

  • Gandhi, guide spirituel de l'Inde, initiateur de la résistance à l'oppression par la désobéissance civile et non violente de masse, et qui a contribué à conduire l'Inde à l'indépendance.
  • Le 35e President des Etats Unis John F. Kennedy qui a soutenu Martin Luther King dans son combat contre la ségrégation raciale et l'emploi des minorités ethniques.
  • Daw Aung San Suu Kyi, figure de l'opposition non-violente à la dictature militaire en Birmanie, ministres des affaires étrangères aux côtés du nouveau président, Htin Kyaw élu en 2016.
  • Victor Schœlcher qui décide de faire de la lutte contre l'esclavage, le combat de sa vie et qui successivement abandonne son métier de commercial puis de journaliste pour entrer en politique. Il est à l'origine du décret du 27 avril 1848 abolissant définitivement l'esclavage en France.
  • Simone Veil, connue en particulier pour avoir fait adopter la « loi Veil » du 17 janvier 1975, qui dépénalise le recours par une femme à l'interruption volontaire de grossesse.
  • Jean-Louis Borloo qui s'est engagé en faveur de la lutte contre le dérèglement climatique et qui a créée la fondation "Energies pour l'Afrique". L'objet de cette fondation est de favoriser l'électrification du continent africain pour donner aux populations un accès à l'eau, à la lumière, à l'éducation, à la santé, au développement économique et lutter contre le réchauffement climatique. Il a crée une agence pour récolter des fonds en provenance de l'Europe, des Etats-Unis, du Canada, de l'Australie arguant de la nécessité d'aider l'Afrique dans l'intérêt de tous. Des grandes entreprises, l'Assemblée Nationale, le Sénat, le gouvernement, la Caisse des dépôts et l'Agence française de développement contribuent au financement de ce plan Borloo.
  • ,...

Ecoutez l'intervention de Jean-Louis Borloo sur France-Inter le 14 septembre 2016 à propos de l'électrification de l'Afrique.
"Obscurité et Obscurantisme, c'est le même mot. C'est la paix ou la guerre qui se joue là".

L'engagement des élus politiques est particulièrement important parce que ce sont eux qui font voter les normes, les lois, les règlements, et au final, la société. C'est pour tourner la page de cette défiance vis à vis des politiques que nombre de candidats et de partis ( le PS, La France insoumise, En marche,...) ont proposé s'ils arrivaient au pouvoir en 2017, de moraliser la vie politique et de renforcer la démocratie directe en redonnant la parole aux citoyens.


b. S'engager politiquement pour soutenir le projet d'une économie sphérique


Tout comme le système capitaliste a été représenté et soutenu depuis l'intérieur des institutions nationales, assemblée nationale, sénat, présidence de la république, ou internationales, institutions européennes et mondiales... il est impératif que les principes de l'économie sphérique parviennent à s'imposer maintenant dans toutes ces structures. L'Economie Sociale et Solidaire a réussi à faire avancer ses idées en parvenant à faire adopter en juillet 2014, la loi Economie Sociale et Solidaire qui offre une reconnaissance officielle à ses acteurs en instituant nationalement la Chambre Française de l'ESS et localement les Chambres Régionales de l'ESS (CRESS) coordonnées par un Conseil National. Voir présentation de l'ESS.


Peu importe la dénomination, l'essentiel est que nos dirigeants prennent la mesure de l'importance et de l'urgence de changer ; changer pour un meilleur respect de l'homme, de son environnement. Au sein même de l'ESS, certaines associations militent pour une évolution vers une Economie Sociale, Solidaire et Ecologique. Ce sont bien là les valeurs de l'économie sphérique.


c. E. Macron et l'économie sphérique

L'accord de Paris en héritage :
A l’issue de la Conférence de Paris sur le climat (COP21), organisée à Paris (nov-dec 2015) dans le cadre de l’ONU, 195 Pays avaient validé le projet d’accord pour limiter le réchauffement climatique mondial à moins de 2°C d’ici 2100.
Un acte perçu et annoncé comme majeur pour l’humanité pour lutter contre la progression des mers sur les terres, permettre un développement durable de l’Afrique, contribuer à la préservation des forêts, à la diversification et à la réorientation des productions d’énergies, à la généralisation de modes de vie durables, à la sécurité de la production alimentaire, à l’amélioration de la santé publique, à la lutte contre la pauvreté, au respect des droits essentiels, à la préservation de la Paix dans le monde.

Un discours d'investiture pour rappeler les valeurs du nouveau président et de son mouvement "En Marche"
Le nouveau président de la République, E. Macron annonce les valeurs qui vont guider son action au cours des prochaines années : celles de la déclaration des droits de l’homme -liberté, égalité, fraternité- qui ont donné sa grandeur et ses spécificités à la France, celles de la solidarité et de l’ouverture sur l’Europe et au monde, celles de la démocratie et de l’éducation qui sont sources d’innovation et de progrès.
Le dérèglement climatique, la crise migratoire, les dérives autoritaires ou guerrières de certains Etats, les excès du capitalisme mondial et le terrorisme sont les stigmates d’un monde déséquilibré, dangereux, dépourvu des valeurs essentielles qui sont les nôtres ; un monde sans avenir !
Ce discours d’investiture a sonné comme une Marseillaise, un appel au rassemblement de tous autour de valeurs communes, autour d’un projet partagé pour la France, pour l’Europe et pour le monde. Une France forte, décomplexée, pleine d’avenir, montrant la voie à l’Europe et au monde entier ; une vision de la France qui ne pouvait être que bien accueillie par les français. Des valeurs qu’il rappellera quelques mois plus tard pour soutenir la candidature de la France aux jeux Olympiques de 2024.

La France à la rescousse du monde
Lorsque Donald Trump annonce le retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris, Emmanuel Macron s’exprime le soir même en direct à la télévision, appelant les autres Pays non seulement à respecter cet accord mais si possible à faire encore mieux car il n'y a pas d'autre plan possible ; La position de D. Trump choque tous les Pays du monde, jusqu’aux Etats-Unis, où des maires de grandes villes, des présidents d’Etats et de grands chefs d’entreprise prennent position en faveur des accords de Paris. Cette intervention officielle, a fait d’Emmanuel Macron un chef de file de la cause environnementale à l’échelle planétaire.

La France à la recherche d’un développement vert

Depuis son élection le 7 mai dernier, Emmanuel Macron dans ses discours touchant à l’environnement, fait le maximum pour rendre la lutte contre le dérèglement climatique politiquement correcte, économiquement intéressante, socialement juste, humainement indispensable.
En juin dernier, lors d’une réunion du conseil constitutionnel qui s’est tenue à la Sorbonne, des juristes issus des quatre coins du monde ont préparé et présenté à E. Macron, un projet de pacte mondial pour le respect de l’environnement et des droits de l’homme (droits civils, politiques, économiques, sociaux, culturels). E. Macron s’est engagé à présenter ce projet en septembre à tous les pays qui se retrouveront lors d’une réunion organisée sous l’égide de l’ONU. Le président a rappelé, dans son discours prononcé à cette occasion, la vocation de la France : corriger les excès, apporter des réponses aux crises contemporaines en se plaçant toujours du côté des droits de l’homme et de la liberté. Renforcer l’Europe qui peut être un formidable instrument de notre puissance et de notre souveraineté. Un plan d’investissement de 15 milliards est envisagé pour soutenir les projets de développement durable des collectivités locales et en particulier les actions les plus pertinentes pour développer l’activité économique, les emplois, réduire la consommation d’énergie des bâtiments, favoriser l’Economie Sociale et Solidaire (ESS), améliorer l’information des citoyens et leur contribution à la préservation de l’environnement.

Parmi les axes de travail qui semble être aujourd’hui les plus intéressants : - Décarboner les activités humaines ; mobiliser les finances publiques et privées pour financer la recherche dans les solutions vertes. - Préserver les éco-systèmes : interdire l’exploitation du gaz de schiste, améliorer la préservation des forêts et des océans. - Agir au plan local, national, Européen et planétaire dans le cadre de l’ONU car il s’agit de la survie de l’humanité toute entière. Pour E. Macron, la solution au problème du chômage, de la pauvreté, du réchauffement climatique n’est pas de réduire la production mais de remplacer les activités et les solutions polluantes par d’autres activités, d’autres techniques, d’autres énergies respectueuses de l’environnement et de suivre cette voie au niveau planétaire.

Nous suivrons avec intérêt la façon dont vont se dérouler les arbitrages par exemple dans le domaine de l’automobile, de l’agro-alimentaire, de la pharmacie lorsqu’il faudra choisir entre 2 solutions : continuer à amortir des solutions techniquement éprouvées et économiquement rentables ou investir dans la recherche et la mise sur le marché de solutions vertes.

Revenir au chapitre 3 < > Accéder au chapitre 5 Les citoyens, du salarié au chef d'entreprise